The Apple's Strokes

Forum où l'on parle de Musique, de Cinéma, de Jeux-Vidéo et de Sports !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Sam 1 Aoû - 2:16

BIARRITZ BAT CLERMONT.
Mené (28-7) à la mi-temps, Biarritz s’est finalement imposé (40-28) face à Clermont, vendredi soir en match amical au stade Aguiléra eu terme d’un match ponctué par dix essais (6 pour Biarritz, 4 pour Clermont).
USAP-Brumbies: 0-17
L'USAP n'a pas inscrit le moindre point lors de son premier match de préparation face à la province australienne de Canberra (0-17) à Aimé-Giral, sur la pelouse des Champions de France.
TOULOUSE BAT ALBI.
Pour son deuxième match amical depuis le début de la préparation, le Stade Toulousain s’est facilement imposé face au promu en Top 14, Albi (43-17), vendredi au stadium municipal d’Albi.
TOULON BAT LE RACING.
Toulon a battu le Racing Metro 33 à 19 (mi-temps: 23-5) en match amical disputé au stade Mayol à Toulon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piak



Messages : 529
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 32
Localisation : Somewhere in Southeast-Asia

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Sam 1 Aoû - 9:49

Le " pilou-pilou " a du déstabiliser Chabal and co' ^^.

Pas terrible le résultat de l'USAP pour un champion de france.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angkor84.skyrock.com/
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Mar 11 Aoû - 15:00

Présentation: Bayonne



AVIRON BAYONNAIS

Fondé en 1904
Stade: Jean-Dauger
Président: Francis Salagoïty
Manager: Richard Dourthe
Classement 2009: 7e
Titres: 3
TOUR D'HORIZON
La saison passée fut longtemps celle de toutes les satisfactions pour l'Aviron, avant de se terminer sur une énorme frustration. A la différence particulière, Bayonne a dû se contenter de la 7e place, laissant la 6e, synonyme de qualification européenne, à Brive. Une vraie déception, car jusqu'à deux journées de la fin du Top 14, les Basques n'avaient pas quitté les places européennes. Auteur d'une énorme première moitié de championnat (2e après 11 journées), Bayonne n'a pu tenir ce rythme face à Biarritz ou Brive, partis sur des bases moins élevées mais tellement plus frais en fin de saison. Néanmoins, 2009 restera l'année qui a vu l'Aviron changer de catégorie. Lors des quatre précédents exercices, les Ciel et Blanc n'avaient jamais joué le haut du tableau de la sorte, n'assurant leur maintien qu'à l'ultime journée. Le club s'est structuré, renforcé, et a franchi un palier avec Richard Dourthe au poste de manager et l'arrivée d'un leader comme Rémy Martin. Cette année, le groupe parait encore mieux armé. Bayonne est dans le sens de la marche. Il reste maintenant à s'ancrer durablement dans la première moitié du classement avant de passer un nouveau cap pour se rapprocher des quatre ou cinq meilleurs clubs français. Ce sera le défi de l'Aviron dans les années à venir. Pour aller plus haut, il lui faudra aussi se montrer plus compétitif face aux ténors, contrairement à la saison passée.
L'OBJECTIF
Il est double. D'abord confirmer la montée en puissance opérée la saison dernière. Ensuite, essayer de faire un tout petit peu mieux, pour ne pas partir en vacances avec un goût d'inachevé, comme au printemps dernier. Il suffirait aux Bayonnais de franchir une marche dans la hiérarchie pour les rendre heureux. Ils veulent clairement terminer parmi les six premiers, afin de disputer les phases finales et de se qualifier pour la Coupe d'Europe. Pour y parvenir, l'Aviron a tenté de cibler ses lacunes, et de les combler. Première observation du staff, l'effectif n'était pas assez dense. Le XV type, très compétitif, n'a pas assez tourné et s'est épuisé au coeur de l'hiver. Sans toucher aux forces vives de son groupe, Bayonne l'a étoffé en recrutant à des postes clés des joueurs de qualité. Deux piliers de renom, Perugini et Boyoud, le demi de Mont-de-Marsan Benât Arrayet, le centre castrais Lionel Mazars, le talonneur samoan d'Agen, Ace Tiatia, et enfin le deuxième ligne All Black Ross Filipo. De quoi présenter un pack plus dense et de faire souffler quelques cadres au fil des semaines. L'Aviron avait par ailleurs impérativement besoin d'un buteur. Trop de points ont été laissés en route l'an dernier. Pour y remédier, Richard Dourthe, expert en la matière, compte sur Arrayet, véritable métronome en la matière. Avec un effectif plus dense et une efficacité supérieure, Bayonne tient peut-être les deux maillons manquants de sa chaine...
LA STAR: Rémy Martin

Ce fut un des transferts de l'intersaison 2007/2008. Manifestement, Bayonne ne s'était pas trompé en débauchant Rémy Martin au Stade français. Estimant ne plus bénéficier du temps de jeu et de la reconnaissance qu'il méritait dans la capitale, le troisième ligne aile international a été séduit par le projet basque. Promu d'emblée capitaine, Martin s'est affirmé comme un vrai leader, un chef de meute idéal. Auteur à titre personnel d'une excellente saison, il n'a jamais failli dans son rôle de moteur. Epanoui au Pays Basque comme s'il avait toujours vécu ici, Martin s'est sans doute installé là pour un bon moment. Ni lui ni son club n'aurait l'idée de s'en plaindre.
LE JOUEUR A SUIVRE: Benat Arrayet
106 points en 11 matches. Benat Arrayet avait réussi un début de saison tonitruant avec Mont-de-Marsan l'an dernier. Puis ce fut le brutal coup d'arrêt. Une sévère blessure à l'épaule a obligé le demi d'ouverture landais à mettre un terme à sa saison prématurément. Mais Arrayet au le temps de taper dans l'oeil de certains. Résultat, le voici prêt à rebondir du côté de Bayonne. L'Aviron espère tenir en lui le buteur fiable qui lui a fait défaut par moments en 2008-2009. Il lui faudra néanmoins retrouver tous ses moyens physiques... et s'adapter à ses nouvelles fonctions puisque Bayonne a dans l'idée d'utiliser cet ouvreur de formation au poste de demi de mêlée. Un défi qui ne l'effraie pas. "Jouer demi de mêlée c'est un poste qui me plaît, nous a-t-il confié cet été. Je n'ai pas d'à priori à occuper cette place, je n'y vais pas en reculant. J'ai passé sept mois sans jouer, il faut que je me remette au niveau, que je travaille les bases avant de penser au reste. Ma priorité c'est de me fondre dans le groupe, et d'être à la hauteur des autres."
LE DEPART QUI FAIT MAL: Andrew Springgay
A vrai dire, sur le papier, aucun départ ne constitue une perte spécialement lourde au plan sportif. Parmi tous les joueurs qui ont quitté l'Aviron cet été, aucun n'était un titulaire indiscutable la saison dernière. Citons tout de même Andrew Springgay, qui fut un pion important de l'équipe en deuxième ligne depuis son arrivée en provenance de Narbonne, en 2007. Mais autant le géant anglais avait beaucoup joué la première année (21 matchs dont 15 titularisations) au point, d'être sélectionneur avec l'Angleterre A, autant il était barré la saison dernière par la doublette Linde-Tewhata, n'étant titularisé qu'à deux reprises en Top 14. Il a rejoint le SU Agen à l'intersaison.
MOUVEMENTS
Arrivées: Filipo (Crusaders) - Boyoud (Dax) - Mazars (Castres) - Tiatia (Agen) - Arrayet (Mont-de-Marsan) - Perugini (Toulouse)
Départs: Bergez (arrêt) - Garbajosa (arrêt) - Springgay (Agen) - Larrechea (?) - Howard (Aix) - Massabeau - Fiorini, Etchegarray et Tilloles (Mont-de-Marsan) - Maillard - Cortese - Acebes (Auch) - Geldenhuys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Mar 11 Aoû - 15:04

Présentation: Toulon




RC TOULON

Fondé en 1908
Stade : Mayol (14.000 places)
Président : Mourad Boudjellal
Entraîneurs : Tana Umaga, Aubin Hueber
Classement 2008-2009 : 9e
Meilleur résultat: Champion (1931, 87, 92)
TOUR D'HORIZON
Toulon. Son stade Mayol, son public, son histoire, son Pilou-Pilou. Son identité. Son président, aussi. Pour toutes ces raisons et bien d'autres encore, le Rugby Club Toulonnais tient une place à part dans le rugby hexagonal et ne laisse personne indifférent. Hier comme aujourd'hui. L'an dernier, le RCT était un promu en Top 14. Plein d'ambitions, certes, mais promu quand même. Après une première moitié de saison très décevante, lui qui se voyait déjà en cador s'est longtemps retrouvé dans une position délicate au classement. Mêlée friable, collectif sans identité, pourcentage de réussite au pied à la limite du ridicule, les Varois ont traîné comme autant de boulets des lacunes rédhibitoires à ce niveau. Pourtant, le talent était là, incontestablement. Puis, dans le dernier tiers de la saison, Toulon s'est trouvé une équipe et l'ensemble a commencé à tourner dans le bon sens. Une victoire en forme de déclic contre Mont-de-Marsan, sans doute le match charnière, en a annoncé d'autres, plus prestigieuses, comme celle face à Toulouse, au Stade Vélodrome. Après avoir frôlé le pire, Toulon a donc peut-être réussi le plus dur en assurant son maintien. Mourad Boudjellal a retenu la leçon. Pour structurer son club, et se protéger, il a recruté Philippe Saint-André. Le savoir-faire de l'ancien manager de Sale, nommé "président sportif", doit permettre au club de franchir un cap et de se rapprocher des sommets en aiguillonnant le tandem d'entraineurs, Tana Umaga et Aubin Hueber.
L'OBJECTIF
Pour la deuxième saison de l'ère Boudjellal dans le Top 14, le maintien ne saurait constituer un objectif suffisant. Un simple coup d'oeil à l'effectif suffit à mesurer l'ambition du club. Le RCT a certes perdu des pions importants, comme Jerry Collins, Orene Ai'i, Yoann Maestri ou Martin Jagr. Mais les noms dans la colonne arrivées ont de quoi impressionner. A commencer par Jonny Wilkinson. Le héros anglais des Coupes du monde 2003 et 2007 n'a que très peu joué depuis deux ans. Incontestablement, c'est un énorme pari. Mais si son corps le laisse tranquille (et c'est un énorme "si"), il a tout pour adorer Toulon, et vice-versa. Entre lui et Felipe Contepomi, le RCT ne devrait plus avoir de problèmes de buteurs, même si l'Argentin, blessé, manquera les premiers mois de la saison. Et ce n'est pas tout. Les Clermontois Pierre Mignoni et Laurent Emmanuelli rentrent au pays, le centre gallois Jamie Robinson arrive alors que Saint-André a ramené dans ses bagages Lamont, Bruno et Fernandez-Lobbe. Beaucoup de grands noms, beaucoup de trentenaires, qui devront apporter leur expérience. Au total, 17 joueurs ont été recrutés et 15 sont partis. Cela fait beaucoup de changements. C'est un risque. Mais si la mayonnaise prend, le RCT doit pouvoir lorgner sur la sixième place, synonyme d'Europe et de phase finale. La préparation, très encourageante, a en tout cas gonflé les troupes à bloc.
LA STAR: Joe Van Niekerk
Oui, Jonny Wilkinson est une star mondiale du rugby. Le demi d'ouverture anglais est un peu aux années 2000 ce que Jonah Lomu fut à la décennie précédente. Oui, son arrivée sur la Rade est un des évènements de l'année dans le monde de l'Ovalie, et pas seulement en France. Mais si Wilko est une immense star de ce sport, la grande vedette du RCT d'aujourd'hui, l'idole de Mayol, c'est Joe Van Niekerk. Et ça ne se discute pas. Meilleur troisième ligne centre du Top 14, le Sud-Africain en est, peut-être, aussi, le meilleur joueur tout court. Quand la classe naturelle se double d'une âme de leader et d'un engagement de tous les instants, ça donne Van Niekerk. Le peuple rouge et noir ne pouvait que tomber sous le charme de JVN. Ce grand joueur est aussi devenu début 2009 un vrai capitaine, capable de fédérer autour de lui tout un groupe. "Captain Joe" a signé jusqu'en 2012 avec Toulon. Une aubaine pour le président Boudjellal, qui tient là une perle rare.
LE JOUEUR A SUIVRE: Pierre Mignoni

Si Toulon a perdu un pur produit maison (voir ci-dessous), Pierre Mignoni a lui choisi d'effectuer le chemin inverse. Près de 10 ans après son départ, voilà le demi de mêlée international de retour sur la Rade. "C'est sympa de retrouver Mayol et de remettre le maillot toulonnais", a confié l'ancien Clermontois. C'est surtout très sympa pour le RCT de retrouver un joueur de sa trempe à un poste clé. Mignoni vient apporter toute son expérience et son leadership. Il est un de deux qui doivent permettre aux Toulonnais de franchir un cap cette saison.
LE DEPART QUI FAIT MAL: Yoann Maestri
Plus qu'un joueur, c'est un symbole qui a quitté Toulon. Certes, Yoann Maestri n'était pas un titulaire incontournable au RCT. Mais c'est un fils de Besagne qui s'en va. Un produit maison, qui incarnait l'avenir, celui d'un minot au destin de futur international. Au milieu d'une impressionnante légion étrangère, il devait représenter l'autre visage du RCT. Mais quand Toulouse s'est positionné pour recruter le deuxième ligne avec l'idée d'en faire, à terme, le successeur de Fabien Pelous, Toulon n'a pas pu résister bien longtemps. Maestri avait pourtant prolongé son contrat jusqu'en 2011 quelques mois plus tôt.
MOUVEMENTS
Arrivées: Saint-André (entr., Sale) - Bruno (Sale) - Mignoni (Clermont) - Emmanuelli (Clermont) - Lea'aetoa (London Irish) - El Abd (Bristol) - Contepomi (Leinster) - Ryan (Munster) - j.M. Fernandez-Lobbe (Sale) - R. Lamont (Sale) - Djoudi (Brive) - Chesney (Saracens) - Senekal (Golden Lions) - Wilkinson (Newcastle) - J. Robinson (Cardiff) - May (Newcastle) - Marienval (Lyon) - Loamanu (Saitama, Japon)
Départs: Castle (Western Force) - Ai'i (Japon) - Pisi (Japon) - Maestri (Toulouse) - Liebenberg (Stormers) - Ribes (Brive) - Collins (Ospreys) - Koyamaibole (Sale) - Vidal (Grenoble) - Mariner - Chouquet - Jagr (Bordeaux) - Toevalu (Mont-de-marsan) - Andreu (Castres) - Labadze, Grimaud (Aix) - Imbert (Grenoble) - Galasso (La Seyne) - Larrouy (Saint-Jean-de-Luz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Mar 11 Aoû - 15:07

Présentation: Racing




RACING METRO 92

Date de fondation: 1890
Président: Jacky Lorenzetti
Manager: Pierre Berbizier
Stade: Yves-du-Manoir (12 000 places)
Classement 2008-2009: 1er (Pro D2)
Meilleur résultat: Champion (1892, 1900, 1902, 1959, 1990)
. TOUR D'HORIZON
Frustré d'avoir raté in extremis la montée en 2008 (défaite en finale d'accession contre Mont-de-Marsan), le Racing a reculé pour mieux sauter en 2009. Dominateurs d'un bout à l'autre de la saison, les hommes de Pierre Berbizier ont été sacrés champions de Pro D2 de manière incontestable, suite logique d'une montée en puissance enregistrée ces dernières années. Le club du président Lorenzetti va maintenant devoir s'ancrer au plus haut niveau de manière durable. L'effectif a été renforcé de façon spectaculaire avec les arrivées de Sébastien Chabal, Lionel Nallet ou François Steyn, pour ne parler que des recrues les plus célèbres. Avec une douzaine d'arrivées contre seulement trois départs, le Racing a voulu associer quantité et qualité. Il va créer l'évènement, à n'en pas douter. Reste à opérer au plus vite l'amalgame entre la base de l'effectif qui évoluait en Pro D2 et les nouvelles stars. Ce ne sera pas le plus simple.
. L'OBJECTIF
Pour tout promu en Top 14, l'objectif prioritaire est le maintien. Mais, à l'instar de Toulon la saison dernière, le Racing ne sera pas tout à fait un promu comme les autres cette année. Comme le RCT, le club parisien est porté à la fois par le poids de son histoire et celui de ses moyens économiques. "On a l'ambition de rivaliser avec les meilleurs", admet Jacky Lorenzetti. Du coup, les Ciel et Blanc espèrent déjà figurer dans la première moitié du classement. Et quand on sait que les six premiers disputeront les phases finales... Mais attention, l'exemple toulonnais doit servir d'exemple, et même de leçon: le RCT était tombé de haut en début de saison dernière, avant de dévoiler tardivement son réel potentiel. Les Parisiens ne devront jamais oublier d'où ils viennent. L'idée est d'assurer au plus vite le maintien, afin de pouvoir regarder devant.
. LA STAR : Sébastien Chabal
Son retour en France constitue l'évènement de l'été. Sébastien Chabal a choisi de s'établir à Paris. Le challenge offert par le Racing lui plait, et il va retrouver son pote Lionel Nallet. Au plan économico-médiatique, c'est une affaire en or pour Lorenzetti. A lui seul, Chabal focalise l'attention. Sportivement, le Racing récupère aussi un international à 50 sélections, ressorti sans doute plus fort et plus complet de son passage à Sale. Mais il sera attendu partout. Pour ses débuts sous le maillot parisien, à, Mayol, le public toulonnais lui a offert une énorme bronca et "Caveman" a dû essuyer quelques gros plaquages. On ne passera rien au grand barbu. C'est aussi ça, l'a rançon de la gloire. Mais Chabal a du répondant, non?
. LE JOUEUR A SUIVRE: REMY VAQUIN

Moins people que Chabal, moins glamour que Steyn, moins capé que Nallet, Rémy Vaquin est presque passé inaperçu dans la longue liste des recrues du Racing. Mais l'ancien troisième ligne de la Rochelle a pourtant tout de la bonne pioche. Le Racing le voulait absolument. Peu utilisé à Clermont, il avait décidé de se relancer en Charente-Maritime. Son abattage l'a rapidement propulsé au rang d'idole à Marcel-Deflandre. A Paris, il devra encore franchir un cap et confirmer en Top 14 le potentiel entrevu à l'étage inférieur.
. LE DEPART QUI FAIT MAL: MICKAEL COETZEE
Ce sont plutôt les arrivées qui ont marqué les esprits que les départs cet été du côté de Colombes. Le Racing a perdu un minimum de joueurs. Parmi les rares cadres du précédent exercice ayant quitté les lieux figure néanmoins le pilier sud-africain Mickael Coetzee. Pièce importante du pack parisien l'an dernier (26 matches dont 18 titularisations), il a effectué le chemin inverse de Lionel Nallet pour rejoindre le Castres Olympique.
. MOUVEMENTS
Arrivées: Fortassin (Montauban), Nallet (Castres) - Chabal (Sale) - Steyn (Sharks), Noirot (Biarritz), Orlandi (Rovigo), Cronje (Biarritz), Baïocco (Montpellier), Vaquin (La Rochelle) - Saubade (stade français) - Culine (Agen) - Masi (Biarritz) - Taione (Harlequins)
Départs: Coetzee (Castres) - Gérard (Marseille) - Chkaidze (Montpellier) - Héhéa (Lyon) - Valbon (arrêt) - Joly - Russel- Dubois (Massy) - Vulakoro- Dicka- Collazo (entraîneur jeunes, Racing-Métro 92)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Mar 11 Aoû - 15:09

Présentation: Bourgoin





CS BOURGOIN-JALLIEU

Date de fondation: 1905
Président: René Flamand
Manager: Eric Catinot
Stade: Pierre-Rajon (9500 places)
Classement 2008-2009: 11e
Meilleur résultat: Demi-finaliste
TOUR D'HORIZON
Bourgoin fait partie des meubles dans l'élite, que le club isérois a rejoint en 1981. Pendant une dizaine d'années, entre le milieu des années 90 et le milieu des années 2000, le CSBJ s'était même imposé comme un ténor du championnat, régulièrement qualifié pour les demi-finales. Mais depuis quelques saisons, doucement mais sûrement, presque inexorablement, les Berjalliens glissent dans la hiérarchie. Et pas dans le bon sens... A force de se voir dépouiller de ses internationaux par des rivaux mieux armés économiquement, Bourgoin flirte de plus en plus dangereusement avec la zone rouge. La saison passée, le coup est passé très près. Même s'ils espèrent prolonger la bonne dynamique de la fin de saison (trois victoires et un nul sur les six dernières journées et une finale en Challenge Européen), tout indique que les Ciel et Grenat évolueront sensiblement dans les mêmes eaux cette année, surtout avec les départs de Morgan Parra et Yann David, les deux joyaux de la couronne. Le groupe est jeune, non dénué de talents, mais dans ce Top 14 qui va toujours plus vite et toujours plus haut, les sommets n'en finissent plus de s'éloigner pour Bourgoin. Un motif d'espoir, toutefois: les matches de préparation ont été encourageants, avec une victoire contre les Brumbies et un nul face au Stade Français.
L'OBJECTIF

Il est simple: le maintien. Bourgoin s'est retrouvé avec une jambe au-dessus du précipice la saison dernière, avant d'éviter la chute in extremis. Avec les départs de Parra et David, le CSBJ s'attend à nouveau à souffrir cette année. Plus que jamais, même. "Pour nous, l'objectif est clair. C'est le maintien, avoue Xavier Péméja. Le championnat sera très dur, encore plus que l'an passé". Le Top 14 s'annonce effectivement plus compact encore que la saison dernière, avec deux promus solides et le renforcement d'une équipe comme Toulon, à la lutte pour le maintien l'an passé. "Le premier match contre Clermont sera capital. Il faudra le gagner pour être de suite dans une dynamique positive", juge le coach isérois.
LA STAR: BENJAMIN BOYET
"Benji" est un peu le dernier des Mohicans à Pierre-Rajon. A 30 ans, il va entamer sa 13e saison au club. Le demi d'ouverture est un des rares internationaux à ne pas avoir encore quitté le navire. Boyet a connu des hauts et des bas ces dernières saisons, à l'image du club, mais il demeure un des leaders du groupe. Quand il parvient à élever son niveau de jeu sur les sommets qui lui avaient permis de s'installer en équipe de France, Boyet tire Bourgoin vers le haut. Avec le départ de Parra, il devra (re)prendre encore davantage de responsabilités, aussi bien dans le jeu que dans son rôle de guide, sur et en dehors du terrain.
LE JOUEUR A SUIVRE: John Senio
Quand le départ de Morgan Parra a été acté, Bourgoin a dû se mettre sur la piste de son remplaçant. Le CSBJ est convaincu d'avoir effectué le bon choix en recrutant John Senio. Le Samoan, contraint d'évoluer dans l'ombre de Pierre Mignoni à Clermont, souhaitait trouver davantage de temps de jeu pour s'exprimer. C'est pour cette raison qu'il a décliné l'offre de Paris. "Quand l'opportunité de venir à Bourgoin s'est présentée, je n'ai pas longtemps hésité", avoue-t-il. Ses premières sorties sous son nouveau maillot, en amical, ont confirmé au staff la justesse de leur choix. A Clermont, il s'est montré efficace chaque fois qu'on a fait appel à lui. S'il parvient à afficher une telle régularité sur la durée, le CSBJ n'aura pas à regretter de l'avoir fait venir.
LE DEPART QUI FAIT MAL: MORGAN PARRA
En perdant Morgan Parra, le CSBJ a tout simplement perdu son meilleur joueur. Il incarnait le présent et l'avenir du club. Aujourd'hui, il appartient au passé, laissant derrière lui un vide béant. On ne remplace pas aisément le demi de mêlée de l'équipe de France, surtout quand on ne dispose pas des moyens de Toulouse ou Paris. D'autant que malgré son jeune âge, Parra était déjà devenu un leader incontournable. Son départ était devenu inévitable, les ambitions du joueur n'étant plus en adéquation avec les possibilités du club. Mais pour Bourgoin, le coup est rude, même si les dirigeants et le staff ont eu le temps de s'y préparer.
MOUVEMENTS
Arrivées: Senio (ASMCA) - Charlet (Bourg-en-bresse) - Di Bernardo (Leeds) - VanZyl (Afrique du Sud) - Vuli-Vulli (Queensland)
Départs: Parra (Clermont) - David (Toulouse) - M. Nicolas (Castres) - Fèvre (Oyonnax)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Mar 11 Aoû - 15:12

Présentation: Albi



SC ALBI

Date de fondation: 1906
Président: Bernard Archilla
Manager: Eric Béchu
Stade: Stadium municipal d'Albi (12 000 places)
Classement 2008-2009: 3e (Pro D2), vainqueur de la phase finale
Meilleur résultat: 9e (2007)
. TOUR D'HORIZON
Une histoire singulière que celle du Sporting Club Albigeois. Le club tarnais a en effet retrouvé l'élite seulement un an après l'avoir quittée pour raisons administratives. Le coup avait été dur à encaisser à la fin de la saison 2007-2008 alors que sur le plan sportif, les hommes d'Eric Béchu avaient obtenu leur maintien. Problèmes financiers, départs de plusieurs joueurs… L'exercice 2008-2009 s'annonçait compliqué. Et les Albigeois ont réussi l'exploit qui semblait impossible. Courage et abnégation auront été les maîtres mots d'un groupe qui est parvenu à s'offrir un billet pour les phases finales de Pro D2. Deux succès au forceps contre La Rochelle puis Oyonnax et revoilà Albi en Top 14. "Nous sommes en phase de reconstruction. Mais cela ne veut pas dire que nous allons tout changer, au contraire", explique Eric Béchu. Evidemment, l'équipe tarnaise fait figure de petit poucet mais le staff s'appuiera sur un groupe stable, constitué essentiellement de revanchards.
. L'OBJECTIF
Le maintien, rien d'autre que le maintien. Sur le papier, Albi apparaît certainement comme la formation la moins armée du championnat. Mais elle comptera sur les vertus qui ont toujours fait sa force pour assurer son maintien. Simplicité, mental, combat… "Nous sommes conscients de ce qui nous attend", note Eric Béchu de manière lucide. Et en effet, la lutte risque d'être rude pour les Tarnais. Mais pour parvenir à son objectif, le staff comptera également sur l'orgueil de ses troupes. Des joueurs qui auront à c&oeligur de prouver que leur place se trouve bien en Top 14. L'opération maintien passera par un très bon parcours à domicile.
. LA STAR : Lucas Borges
L'effectif albigeois ne compte pas dans ses rangs une pléiade de stars. Bien au contraire. Mais l'arrivée de l'ailier argentin Lucas Borges, qui évoluait l'an passé à Dax, est à souligner. L'international puma (26 sélections, 13 essais) de 29 ans sera tout d'abord chargé d'apporter son expérience du haut niveau à la formation tarnaise. Celui qui a notamment évolué pendant deux saisons au Stade français pourrait aussi se montrer décisif. Grâce à sa vitesse et ses appuis de feu, il est en effet capable de déstabiliser une défense et de trouver des intervalles improbables. Donc de décanter certaines situations.
. LE JOUEUR A SUIVRE: Vincent Clément

Il est à la fois l'âme et le cerveau de l'équipe albigeoise. Toujours irréprochable sur le terrain, le capitaine, qui a largement prouvé son attachement au club tarnais, est également essentiel en dehors. Il est tout simplement le leader de ce groupe, capable de tirer tout le monde vers le haut. Son rôle a été primordial dans la fabuleuse saison albigeoise l'an passé. Mais au-delà de ses qualités de meneur, Vincent Clément est aussi un excellent troisième ligne centre. Remarquable défenseur, exemplaire en touche, il est un joueur complet et efficace. Assurément, le maintien d'Albi passera par de bonnes performances de son élément moteur.
. LE DEPART QUI FAIT MAL: Nicolas Grelon
La plus belle réussite albigeoise durant l'intersaison aura été de conserver un groupe stable. Aucun départ parmi les joueurs cadres ou régulièrement titulaires. Il n'y a donc finalement aucun départ qui fait vraiment mal. Mais celui du pilier Nicolas Grelon est tout de même à noter. Certes, il a très peu joué la saison passée mais sa grande expérience lui réservait un statut particulier au sein de l'équipe tarnaise. En effet, le joueur de 31 ans, passé par Auch, Montauban, Perpignan ou Montpellier a connu le haut niveau et pouvait apporter tout son savoir faire à ses coéquipiers. Il a signé en Fédérale 2, à Argelès-sur-Mer.
. MOUVEMENTS
Arrivées: Denêtre - Ponnau - Sore (Agen) - Fourcade (Tarbes) - Correia (Stade français) - Borges (Dax)- Vainqueur (Stade français) - Poujol (Béziers) - Fournil (Narbonne) – Vervoort (Toulon)
Départs: Krezinski (Mazamet) - Grelon (Béziers) - Saintenac (Colomiers) - Meyer (AFS) - Fougedoire - Meurin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Mar 11 Aoû - 15:16

Présentation: Castres




CASTRES OLYMPIQUE

Fondé en 1898
Stade : Pierre-Antoine (11500 places)
Président : Jean-Philippe Swiadek
Entraîneurs : Laurent Travers, Laurent Labit
Classement 2008-2009 : 12e
Meilleur résultat: Champion (1949, 50, 93)
TOUR D'HORIZON
Le CO, ancienne gloire de l'élite, peine à retrouver son statut. Après une saison 2007-2008 prometteuse, les Castrais ont déçu lors du dernier exercice. Et pourtant du potentiel il y en avait dans cet effectif tarnais. C'est tout simplement une saison chaotique pour le club, qui a accumulé les contre-performances à domicile ainsi que la malchance, si bien qu'à mi-championnat, le club ne pouvait ambitionner autre chose que le simple maintien. Un maintien qui sera finalement décroché lors des ultimes journées du championnat. Sauvé in extremis, le CO termine 12e. Mais le mal est entré au Lévézou. "Plus jamais ça" semble être le message. Un grand nettoyage de printemps s'est organisé à l'intersaison : après le départ du président Pierre-Yves Revol pour la Ligue, et son remplacement par Swiadek, exit Alain Gaillard, le directeur sportif, et le duo de Montauban Labit-Travers est appelé à la rescousse. Ils débarquent avec une colonie montalbanaise dans les bagages. Bilan des opérations : 16 départs, 11 arrivées, le groupe se trouve largement remanié. La greffe va t-elle prendre ? En tout cas, la victoire face à Leicester, champion d'Angleterre, en match amical, est encourageante.
L'OBJECTIF
"Surtout ne pas revivre une saison comme l'année dernière !" , voilà le mot d'ordre que l'on se fait passer dans l'effectif tarnais. Afin de conjurer le mauvais sort ? On peut dire que du côté du staff, l'heure est à la discrétion et à l'humilité en ce qui concerne les ambitions, conscients que ce sera "un championnat compliqué" et qu' "il reste encore beaucoup de travail", dixit Laurent Labit. Bref, le CO, prudent, aborde cette saison sur la pointe des pieds et attend de se faire une idée après les premiers matchs pour afficher peut-être plus de velléités. Pour l'heure, le club va chercher à bien figurer, à s'éloigner de la maudite zone rouge, pour accéder au ventre mou du championnat, et qui sait, l'appétit venant en mangeant, peut-être qu'une place européenne pourrait se profiler. Or aujourd'hui, être européen signifie jouer les barrages pour les demi-finales. Une ambition qui semble toutefois difficile à viser pour l'instant.
LA STAR : Chris Masoe

Ancien joueur des Wellington Hurricanes, il compte 20 sélections chez les All Blacks et deux victoires dans les Tri-Nations en 2006 et en 2007. C'est fort de cette carte de visite impressionnante qu'il arrive dans le Tarn en 2008. Il signe alors pour deux saisons. Et son arrivée va malheureusement correspondre à la saison noire du club, on se doute que le joueur avait envisagé un autre scénario. Pour autant, il n'a pas cherché de porte de sortie, fidèle à son engagement. Il demeure un joueur exceptionnel, un troisième ligne de haute volée, habitué des joutes internationales. Son expérience du plus haut niveau est assurément un plus pour son équipe. Puissant, solide, joueur, il s'est frotté aux meilleurs du monde et est une pièce maitresse de l'effectif tarnais.
LE JOUEUR A SUIVRE : Ibrahim Diarra
Il fait partie du petit groupe de joueurs montalbanais qui ont choisi de suivre les deux Laurent dans leur aventure tarnaise. "Ils me font confiance et me font progresser, leur projet m'a plu" , explique Diarra pour justifier ce choix. Et il l'a fait pleinement conscient que "la concurrence va être rude". Un défi qui devrait le pousser à exiger encore plus de lui-même. Présent avec les France A lors de la Coupe des Nations en juin en Roumanie, il est suivi de près par le staff des Bleus, qui l'a sélectionne une fois lors du tournoi des VI Nations 2008. S'il n'a pas encore confirmé sa dimension internationale, sa venue à Castres pourrait être une bonne rampe de lancement pour lui… Son entorse contractée face à Leicester, va perturber ses débuts castrais.
LE DEPART QUI FAIT MAL : Lionel Nallet
Qui tient la barre au CO ? Lionel Nallet, capitaine emblématique présent à Castres depuis six saisons, a quitté le club pour rejoindre les parisiens du Racing Metro. Plus que tout le reste, cela marque vraiment la fin d'une époque, une page se tourne à Pierre-Antoine. L'aura et le leadership du capitaine Nallet vont sans doute laisser un vide dans les rangs castrais, le temps qu'un autre joueur s'impose et récupère les clés du camion avec l'aplomb nécessaire pour remplacer une figure pareille. Lors des matchs amicaux, les coachs ont confié le capitanat aux deux demi de mêlées, à savoir le jeune international Tillous-Borde, et l'enfant du pays Jérôme Albouy.
LES MOUVEMENTS
Arrivées : Travers (entr. Montauban) - Labit (entr. Montauban) - Nicolas (Bourgoin) - Coetzee (Racing-Metro)- Caballero (Montauban) - Rolland (Montauban) - Audrin (Montauban) - Diarra (Montauban) - Albouy (Stade français) - Miralles (Casi) - Garcia (Clermont) - Cabannes (Biarritz) - Andreu (Toulon) –
Départs : K.Senio (Clermont) - Nallet (Racing-Metro) - Lagardère (Wasps) - McCall (Saracens) - Carballo (fin de contrat) - Gaillard (Directeur sportif, arrêt) - Davidson (Entraineur Ulster) - Mazars (Bayonne) - Faure (Biarritz) - Terrain (Biarritz) - Gaston (arrêt) - Fleming - Milford - Pelenise - Tomiki (Carcassonne) - Amadou (Prêt Oyonnax) - Bias (fin de contrat) - Sayman (Mazamet) - Lagardère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Campbell



Messages : 248
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Mar 11 Aoû - 15:21

Présentation: Montpellier




MONTPELLIER HRC
Président : Thierry Pérez
Manager général : Denis Navizet
Entraineurs : Jean-Philippe Lacoste, Warren Britz, Didier Bés
Stade : Yves Du Manoir (15000 places)
Classement 2009: 8e
TOUR D'HORIZON
Montpellier ou la folie des grandeurs c'est bien fini, pour le moment en tout cas. La secousse sismique ressentie la saison dernière du côté du Manoir a laissé des traces. Rappel : Philippe Deffins débarque en tant que nouveau président en décembre 2008, d'entrée il annonce un projet ultra ambitieux pour le club, et ne cache pas ses objectifs : jouer les premiers rôles dans le Top 14 et gagner le championnat d'ici trois ou quatre saisons ! Pour étayer ses déclarations tapageuses, Deffins s'appuie sur l'arrivée de recrues prestigieuses, Nallet, Chabal, Audrin… Il parvient même à séduire et à convaincre les quatre fantastiques (Ouedraogo, Tomas, Trinh-Duc, Picamoles) de rester au club. Résultats des courses : sur le terrain, les résultats sont en parfait décalage avec le discours du néo-président. Début 2009, le MHR encaisse coup sur coup deux sévères défaites face à Toulouse (34-0) et Clermont (30-3). A cela vient s'ajouter un scandale financier. Deffins se dit "trahi", et un mois à peine après son arrivée, il démissionne. En pleine saison, Didier Nourault est débarqué, une équipe intérimaire est mise en place, avec Denis Navizet en tant que manager général, et le duo Didier Bés, Jean-Philippe Lacoste comme entraineurs. Bref c'est la crise, la fin de saison est décevante, tout est remis en question. Dans la tempête, Picamoles s'envole pour Toulouse.
OBJECTIF
L'équipe dirigeante installée à mi-saison a été maintenue dans ses fonctions. Une décision prise dans un souci de stabilité, et afin de ne pas perturber plus le groupe. C'est donc sur la pointe des pieds que le MHR se présente dans ce Top 14 2009-2010. L'heure n'est plus aux ambitions démesurées, on est manifestement redescendu sur terre et la prudence semble être de mise. Tout le monde est à l'évidence dans l'expectative quant aux potentialités réelles du groupe, comme en attestent les propos de Fulgence Ouedraogo: "On sait que ce sera une saison compliquée pour tout le monde, il ne faudra pas craquer. On va voir dans la difficulté le vrai caractère de cette équipe." L'intersaison s'est révélée plutôt encourageante. Si le démarrage a été laborieux avec une large défaite contre Toulouse, l'équipe a ensuite redressé la barre en remportant le challenge Vaquerin et signant deux victoires de rang face à Sale, puis à Leicester, champion d'Angleterre. Toutefois, dans ce championnat plus serré que jamais, le MHR va être en quêtes de certitudes : "On mesure l'ampleur de la tâche, il nous reste beaucoup de chemin à parcourir pour être au haut niveau" , déclare Lacoste réaliste. L'humilité retrouvée, l'objectif numéro un visé cette saison sera le maintien. Une place de 12e conviendrait à tout le monde.
LA STAR : Fulgence Ouedraogo
C'est une star, certes, mais le troisième ligne est bien plus que ça. Capitaine incontournable de cette formation montpelliéraine, il est un élément clé du collectif héraultais. Véritable leader sur le terrain, il montre la voie à ses hommes, son rendement exemplaire et son mental de guerrier en font un modèle qui pousse l'équipe vers l'avant. Bien que jouant dans une équipe en déroute totale, il est parvenu à tirer son épingle du jeu, et Marc Lièvremont lui a renouvelé sa confiance lors du Tournoi, mais aussi pour la tournée dans l'hémisphère sud. Et il est d'ailleurs une des grandes satisfactions de ce XV de France, dont il est en train de devenir un cadre, même si il conserve son humilité : "Je sais que personne n'est à l'abri en équipe de France, personne n'a une place garantie. Donc forcément, le but est de continuer à faire des efforts, de se battre pour y rester, et surtout ne pas s'arrêter à une performance qui a soi-disant donnée satisfaction. Le match d'après peut tout remettre en question." Bien que très convoité, il a choisi de rester à Montpellier. Un bon coup pour le club, son expérience du haut niveau sera un bonus significatif pour son équipe. Fufu justifie sa décision : "Je suis très attaché à cette ville. J'ai grandi ici. Sur le plan sportif, le potentiel de cette équipe a été un des éléments importants dans ma décision, j'y crois profondément."
LE JOUEUR A SUIVRE : Mickaël De Marco
Un pur joueur du cru. Le jeune deuxième ligne, âgé d'a peine 20 ans mais présentant déjà une dimension physique de haut niveau (1,97m pour 118kg), a été formé au club. International des moins de 20 ans lors de la Coupe du monde au Japon, il est annoncé comme une des grandes révélations et devrait suivre le sillage tracé par ses co-équipiers qui ont explosé au haut niveau, à l'instar de Trinh-Duc ou Picamoles. S'il n'a joué qu'un seul match la saison dernière avec les séniors, la signature de son premier contrat pro et l'accumulation de temps de jeu dans l'élite devrait lui permettre de s'épanouir et de donner toute sa dimension.
LE DEPART QUI FAIT MAL : Louis Picamoles
Il avait dans un premier temps annoncé qu'il resterait à Montpellier, mais c'était sous l'ère Deffins, qui a, comme on le sait, fait long feu. Le troisième ligne international s'est donc retracté, et s'est engagé avec Toulouse, qui avait fait de son recrutement une priorité, dixit Guy Novés. C'est dire si le joueur présente un potentiel de très haut niveau. Peur-être trop pour qu'il imagine son accomplissement sportif à Montpellier. Un départ de poids dans l'effectif de Montpellier qui va souffrir de son absence. Même si il s'est montré moins à son avantage la saison dernière, montrant quelques signes d'usure, de stagnation. Toulouse va être l'occasion pour lui de se relancer : "C'est un challenge excitant et pour évoluer, je suis le genre de personnes qui a besoin d'être poussé. J'ai compris que je devais me mettre en danger pour franchir un palier. Or ici, si je me relâche, je n'aurai pas ma place."
MOUVEMENTS
Départs : Thiery (Biarritz) - Figallo (Jockey de Salta) - Giraud (Mont-de-Marsan) - Matadigo (Auch) - Chkaidze (Racing-Metro
Arrivées : Picamoles (Stade toulousain) - Chouchan (Béziers) - Baïocco (Racing-Metro) - Welsh - McHugh - Bottini - Uva (Portugal)- Lubbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup   Aujourd'hui à 5:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Top 14 / Pro D2 / Equipe de France / HCup
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» l'Equipe: Bruel, un sponsor passionné
» Le site de ROCK AND ROLL REVUE
» Clip de 2bar - Ode à ma belle plume
» Parler foot, c'est pas cool...
» Najoua et son équipe ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Apple's Strokes :: Madison Square Garden :: Rugby-
Sauter vers: